Les chroniques de San Francisco, d’Armistead Maupin

9782264029959

Quatrième de couverture :

Le dernier quart de siècle sonnant, Mary Ann gagne San Francisco, où la libération sexuelle s’affiche en couleurs outrancières. Elle choisit d’être logée par Mme Madrigal, dans un refuge où se côtoient amicalement des « chats errants » de toutes origines. C’est le début d’une saga. Véritable phénomène depuis leur parution en 1976 sous forme de feuilleton, ces chroniques locales sont aujourd’hui traduites dans toutes les langues. Outre leur côté dépaysant, leur charme universel réside peut-être dans leurs personnages abandonnés, venus dans la ville libre trouver une famille différente, fondée sur des liens nouveaux.

L’avis de Marivalou :

J’ai lu cette saga pour la première fois à la fin de l’adolescence, au début de l’âge adulte, et je ne sais si c’est en raison de mon ignorance ou de mon inexpérience de la vie, je l’ai adorée.

Il faut savoir que cette saga a été écrite en plusieurs fois et regroupait 6 tomes quand je l’ai découverte. Elle en regroupe désormais 9, et, déçue du 7ème je n’ai ni lu le 8ème, ni le 9ème pas encore traduit en français. Je pense cependant y remédier dès que le 9ème tome sera traduit.

Les chroniques de San Francisco, c’est tout ce que j’aime : la description de ce que j’appelle des tranches de vie, de la vie de personnages plus ou moins authentiques, avec leurs qualités et leurs défauts, qui se rencontrent et qui se croisent… à San Francisco. L’histoire débute dans les années 70/80.

Les chroniques de San Francisco, c’est l’histoire de plusieurs vies, c’est aussi la dénonciation de sujets qui fâchent (le racisme, l’intolérance, l’homophobie), dans une Amérique en plein mouvement et en pleine révolution culturelle.

Il est vrai cependant que les « aventures » de nos héros sont parfois peu communes et qu’ils se retrouvent impliqués dans des faits de société, qui se sont réellement passés, ou que parfois, il existe un peu trop de coïncidence… mais c’est un livre. Un livre qui allie humour et vérité, faits de société et imagination, une saga que je recommande chaudement, donc, vous l’aurez compris.

Ma notation :

J’adore, vous l’aurez compris !

Les 6 premiers tomes sont à lire d’une traite pour ceux qui aiment les sagas et les histoires de vie rocambolesques. Les derniers tomes sont un peu décevants à mon goût, mais peut être parce que j’utopisais (oui, je sais, ce verbe n’existe pas) les premiers épisodes.

Publicités

3 réflexions sur “Les chroniques de San Francisco, d’Armistead Maupin

    • Ah, merci à toi pour ton commentaire, j’ai cru un instant que ça n’intéressait personne 🙂 J’ai oublié de dire que je l’ai relue avec grand plaisir il y a quelques années… et j’avais tout oublié… et je crois que j’ai encore plus aimé la deuxième fois !

      J'aime

  1. ça me dirait bien, mais le fait qu’il y ait 9 tomes me bloquent un peu.
    Parce que si j’aime, je vais trouver où le temps de me faire les 9 romans à la suite? 😉

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s