Duo lecture : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, Romain Puertolas

Pourquoi ce livre ?

(Madame Ourse) Le titre m’a de suite donné envie ! Tout comme le premier roman de Puertolas avec son fakir mais je n’ai pas pris le temps de le lire alors cette fois je n’ai pas traîné et décidé de le lire rapidement. Lunatic avait lu le 1er roman donc faire une lecture duo de ce titre était sympa car l’une d’entre nous découvrait et l’autre comparait, ça permettait d’avoir des avis bien différents.

La couverture:

9782842638122

Lunatic : La couverture saute aux yeux en librairie. Moins que la couverture jaune de son précédent roman, mais suffisamment pour prendre en main le roman et avoir envie de lire sa 4e de couverture.

MadameOurse : Elle est assez basique mais en même temps vu la longueur du titre s’il y avait une image en plus sur la couverture ça ferait clairement trop ! Et c’est le titre qui est prévu pour attirer le lecteur donc cette couv’ se suffit à elle même.

La quatrième de couverture :

Le jour où Providence doit se rendre à Marrakech pour ramener Zahera, une petite fille gravement malade qu’elle vient juste d’adopter, un volcan se réveille en Islande et paralyse le trafic aérien européen empêchant tout avion de décoller. L’amour d’une mère est-il assez fort pour déplacer les nuages ?

Après lecture :

Lunatic :
J’avais apprécié L’extraordinaire voyage du fakir…, l’écriture de Puertolas m’avait conquise! Et encore une fois, pari tenu! Même si j’ai eu un peu de mal au début à rentrer dans l’histoire, rapidement je me suis laissée emporter par les aventures de Providence, même si cette aventure parait si improbable,  si ubuesque..
Par contre, j’ai trouvé l’utilisation des comparaisons et des métaphores un peu trop présentes. L’abus de cette figure de style peut vite lasser certains lecteurs je pense!
Dans ce roman, les situations sont encore plus improbables que celles que pouvait vivre notre fakir, et pourtant on y croit, et on se demande jusqu’où l’auteur va pousser son « délire ». J’ai beaucoup aimé un passage où Providence (en pleine action que je ne dévoilerai pas ici pour ne pas spoiler) se retrouve à rencontrer Obama, Hollande, Merkel..
Tout comme Madame Ourse, j’ai apprécié les nombreux clins d’œil au fil du roman, sur des faits politiques culturels ou autres des années récentes. Pour exemple, cette référence bien sympa à son précédent roman, lorsque Providence croise un fakir dans le métro:
« Il ouvrit un livre dont le titre s’étalait en lettres bleues sur l’ensemble de la couverture jaune fluo et commença à rire bruyamment, affichant deux grandes rangées de dents blanches ».
Et alors qu’on est en pleine lecture d’un roman loufoque, la fin nous embarque dans un conte poétique, touchant et bouleversant. Puertolas a su me foutre les frissons en nous servant un final auquel je ne m’attendais pas du tout!

MadameOurse :
J’ai fait un très beau voyage à travers les nuages en compagnie de Providence et Zahera. Ce livre est une perle, il y a l’humour qu’on s’attend inévitablement à trouver avec un tel titre mais pas que. Cette histoire est belle, émouvante, poétique, triste aussi. Sous un enrobage délirant et avec une imagination folle, Puertolas nous livre une belle histoire, l’histoire de l’amour qui nait dans un hopital marocain entre Providence et Zahera. Cette petite fille qui a avalé un nuage se bat contre la maladie et l’arrivée de Providence dans sa vie va tout révolutionner.
J’aurais pu refermer ce livre avant la fin pour le côté totalement improbable de l’histoire car Puertolas va très très loin dans l’imaginaire et invente tout. Mais il nous annonce la couleur dès le départ donc je me suis laissée prendre au jeu. J’ai beaucoup aimé la façon dont il écrit, ce roman est bourré de pépites, de termes bien à lui, de personnages fantasques, tout est prétexte à nous faire rire. Le roman est aussi truffé de références à la vie en 2014, c’est assez plaisant quand on le lit maintenant, alors qu’il vient de sortir. Par contre je pense que dans 10 ans, on comprendra peut être moins certaines références.
Et surtout j’ai adoré la fin qui nous ramène à la réalité tout en gardant la poésie de l’histoire. Je n’en dis pas plus mais cette fin rend le roman très crédible à mes yeux d’adulte. Autrement, ça ferait peut être un peu histoire pour enfant. Mais non là c’est juste bien pensé, bravo !

Si vous avez envie de faire une lecture en duo, n’hésitez pas, nous en ferons régulièrement en tenant compte de vos envies de lectures et les duos évolueront d’une fois sur l’autre. Faites nous un petit mail en nous disant ce que vous auriez envie de lire.
Publicités

Une réflexion sur “Duo lecture : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, Romain Puertolas

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s