J’étais sa petite prisonnière, Jane Elliott

004

Quatrième de couverture :

Jane n’a que 4 ans quand son cauchemar débute. Son beau-père, un homme violent et terrifiant, commence à abuser d’elle. Viols, coups et sadisme psychologique deviennent le quotidien de la fillette.
Elle grandit en restant prisonnière d’une véritable maison des horreurs. Dans le voisinage, tout le monde sait ce qui se passe, mais personne ne dit rien, par lâcheté et par peur. Pour Jane, le cauchemar va durer… 17 ans !
Jusqu’au jour où elle trouve le courage de s’enfuir. Et de se rendre à la police pour dénoncer son bourreau. C’est alors seulement que, pour Jane, la vie va vraiment commencer.

Une enfance volée, une vie brisée : un témoignage qui a bouleversé le monde entier.

L’avis de MadameOurse :

J’aime lire des témoignages. Je saurai pas expliquer pourquoi mais ça me plait de me plonger dans des histoires vraies de même que j’adore regarder à la TV les diverses émissions du type Enquêtes criminelles.

Ici, l’histoire vécue par Jane est vraiment dure. Sale Con comme elle l’appelle, mérite bien son nom. Cet homme est horrible. Et le pire c’est qu’on ne saura rien de ce qui l’a rendu si cruel. Jane va tout cumuler : violence verbale, psychologique, physique, sexuelle. TOUT. Et dès l’âge de 4 ans. Avec une mère consciente des choses à côté et victime elle même qui ne fera rien pour l’aider. Je ne sais pas comment on peut vivre 17 années comme ça, à subir le pire chaque jour, sans aucun moyen de défense. Et je ne sais pas non plus comment on sort de là, comment on se reconstruit.

J’ai été choquée plus d’une fois lors de ma lecture. Cet homme est un bourreau et il prend plaisir à taper, insulter, violenter quiconque. Car tout le monde y passe, son entourage connu, sa famille, ses voisins. Tout le monde. Et il n’a guère besoin d’excuses pour frapper… Je ne comprends pas comment cet homme a pu, dès la fin de son adolescence, créer autour de lui un règne de la terreur et prendre emprise sur tous. Car jamais personne avant Jane qui était au cœur des violences n’a pu le faire condamner. Et c’est pas faute de plaintes déposées contre lui.

Ma notation :

C’est une lecture dure, il faut y être préparé. J’ai dévoré les pages, je ne pouvais guère songer à laisser Jane à son malheur, je voulais connaître la suite. En refermant le livre, il me manque un semblant d’explications. Comment cela a-t-il pu être possible ?

Publicités

5 réflexions sur “J’étais sa petite prisonnière, Jane Elliott

  1. J ai lu un bouquin témoignage passionnant dernièrement : Derriere la grille. L histoire d une petite fille séquestrée par ses parents dans une demeure où ils vont lui imposer une enfance des plus dures pour faire d elle un génie, un surhomme. Ce livre m a choqué, m a remué j l ai lu en une nuit car je ne pouvais pas le refermer tant que je n aurai pas lu quelque chose de bon qui ressort de cette lecture. Et je l ai eu. Cette petite fille vers 10-12 ans se crée un monde , une barrière contre la méchanceté de ses parents et la résilience va commencer. Ce livre m a fait du bien car il montre que face au pire l esprit humain peut être encore plus fort et se rebeller. Bref je le recommande à toutes celles qui aiment les livres témoignage.

    J'aime

  2. J’adore les témoignages également mais là je crois que c’est un poil trop dur pour moi… surtout quand tu dis que beaucoup savaient mais que personne ne faisait rien, ça rajoute une couche au drame.

    J'aime

  3. J’ai jamais vraiment accroché avec ce genre de texte.
    Un coté « voyeur » qui me gène. Puis la dureté des témoignages, des récits me laissent un gout difficile.

    J'aime

  4. Ce que je sais des horreurs de ce bas monde via mon petit parcours pro m’a largement suffit, je boycotte tout ce qui finit mal ou presque (livre/film/série) et les livres de ce genre.

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s