Les filles de joie, Lise Antunes Simoes

003

Quatrième de couverture :
Élevée dans un cocon bourgeois étouffant, Victoire est une jeune femme passionnée et pleine de vie qui rêve de liberté.Séduite par un gentil garçon, elle n’a que dix-sept ans lorsqu’elle tombe enceinte, ce qui lui vaut de se faire jeter à la rue. Désormais seule, reniée par tous ceux qu’elle aime, Victoire part s’ installer dans la grande ville de Montréal où elle doit travailler pour gagner sa vie. À aucun moment elle ne songe à garder son enfant, qu’elle abandonne dès sa naissance, ne souhaitant pas rester fille mère, rejetée par la société.
Les mois passent et Victoire tient bon, mais le travail est dur, la misère est partout. Même si elle réduit son train de vie au minimum, les dettes s’accumulent de façon alarmante et la faim se fait sentir isolée, sans personne pour l’aider, la pauvre femme touche le fond. C’est alors que se présente une issue qui pourrait la tirer de cette situation infernale. On lui conseille d’aller frapper à la porte du Magnolia, une maison luxueuse tenue par une certaine Madame Angèle. La tenancière est toujours à la recherche de belles filles intelligentes et éduquées pour « tenir compagnie » aux riches messieurs qui viennent passer la soirée dans son établissement. Victoire doit se résoudre. Elle fera la putain, puisque c’est le seul
moyen dont elle dispose pour rembourser ses dettes. Ici, au moins, elle est bien traitée, mange tous les jours, et s’est même fait une alliée. Les clients? Ils ne sont pas tous faciles,
mais la jeune fille de joie s’adapte. Elle n’a pas vraiment le choix. Elle qui rêvait de liberté, la voilà enfermée dans une maison close …

L’avis de MadameOurse :
Ce roman de 250 pages se lit très vite. On y suit Victoire, une jeune femme bien plus libérée que son temps. Elle se retrouve enceinte et rejetée  par son père. Dans la petite ville où elle vit, son « état » est très mal vu et elle est donc obligée de s’exiler à Montréal où elle prendra conscience des difficultés de la vie. D’abord ouvrière dans une usine, elle survit  très difficilement jusqu’à la naissance de son bébé. Licenciée et sans revenus, elle se voit alors contrainte de devenir « fille de joie » dans une grande maison bourgeoise.
J’ai beaucoup aimé ce roman et la destinée de Victoire. L’histoire est très bien racontée, la lecture est simple et plaisante. J’ai vraiment apprécié le personnage de Victoire, sa force et sa détermination. Elle n’est clairement pas en adéquation avec son temps mais elle est si proche des femmes d’aujourd’hui !
Le thème du roman est également très intéressant, ce n’est pas un métier que Victoire fait avec gaité de cœur, on découvre concrètement comment ses journées se passent, comment elle tente de gagner au mieux sa vie en étant en concurrence avec les autres « filles de joie ». J’ai apprécié que les passes avec les clients soient racontées précisément mais sans être choquantes.

 

Ma notation :
J’ai beaucoup aimé et lirai le tome 2 pour connaitre la suite des aventures de Victoire avec plaisir.
Publicités

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s