Skidamarink, Guillaume Musso

Quatrième de couverture :
Deux informations incroyables se partagent l’actualité en cette année 2004 : le vol de la Joconde et l’enlèvement de Georges Steiner, magnat international de l’informatique et du multimédia. Effarées, quatre personnes vont recevoir, à domicile, les morceaux découpés de la célèbre toile, accompagnés d’un message qui sonne comme un avertissement. Elles ne se connaissent pas entre elles et ont reçu l’ordre de se rejoindre dans une chapelle de Toscane. Ainsi se retrouvent le professeur de génétique Magnus Gemereck, le prêtre Vittorio Carosa, la femme d’affaires Barbara Weber et l’ex-avocat Theo MacCoyle. La science, la religion, le business, la morale… les quatre maux de la société industrielle moderne ont donc été réunis par un mystérieux personnage. Pourquoi eux, et qui les a choisis ? À quelques mois des élections présidentielles américaines, un Robin des bois moderne veut-il faire comprendre au monde que celui-ci court à sa perte, qu’il est temps de redresser la barre avant qu’il ne soit trop tard ?
L’avis de MadameOurse :
Je lis tous les romans de Guillaume Musso au fur et à mesure de leurs sorties mais je n’avais jamais lu son tout premier. Il est assez critiqué et ne serait pas réédité justement à cause du fait qu’il n’ait pas tellement plu aux lecteurs.
Et bien cela m’a surprise car, pour ma part, je l’ai beaucoup aimé. J’ai trouvé l’histoire bien écrite, le suspense, les mystères et les différentes énigmes bien amenés, les personnages très différents et leurs interactions rendent aussi l’histoire intéressante. On ne s’ennuie pas, on a envie de comprendre pourquoi ces 4 personnes sont réunies, quel est le but d’avoir volé la Joconde et l’avoir découpée en 4 morceaux.
L’histoire nous amène dans différents lieux : Italie, Etats Unis, France, Royaume Uni, les évènements s’enchaînent bien. C’est vrai que j’ai eu un peu l’impression de lire du Dan Brown avec la différence notable tout de même que l’histoire est beaucoup moins alambiquée.
Je me suis attachée à Théo, Barbara, Magnus et Vittorio, j’ai apprécié les liens qu’ils ont noué, leurs petites disputes, etc.
Ma notation :
J’ai aimé. Je n’ai vraiment pas de critique à formuler sur ce tout premier Musso. J’ai certes plus apprécié encore certains de ses autres romans (avec mention spéciale pour La fille de papier) mais je n’ai pas trouvé celui-ci fade en comparaison d’autres.
Vous avez également lu Skidamarink ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?
Publicités

2 réflexions sur “Skidamarink, Guillaume Musso

  1. Je l'ai et j'ai envie de le lire par curiosité (et parce que c'est Musso), mais j'avoue que le résumé me fait trop penser à du Dan Brown (marrant que tu en parles) et du coup, ça me refroidi un peu. Ton avis par contre, me redonnes de la curiosité !!!

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s