Lettre à mon ravisseur; Lucy Christopher

Quatrième de couverture :
Ça s’est passé comme ça.
J’ai été volée dans un aéroport.
Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie.
Parachutée dans le sable et la chaleur.
Tu me voulais pour longtemps.
Et tu voulais que je t’aime.
Ceci est mon histoire.
Une histoire de survie.
Une lettre de nulle part
Un thriller psychologique qu’on ne peut ni arrêter, ni oublier.
L’avis de MadameOurse :

Le thème dur de ce roman m’a attirée et j’y ai découvert bien plus que ce que je pensais découvrir. Gemma a été enlevée et se retrouve en plein bush australien, loin de toute civilisation. Elle n’est pas réellement séquestrée par son ravisseur, Ty, car il n’y a nulle part où aller. Mais Gemma va tout faire pour partir. Au début, elle se mure dans le silence, elle ne veut pas laisser à cet homme un quelconque pouvoir sur elle donc elle ne lui parle pas. Puis, ils échangent et elle apprend à le connaitre, elle découvre aussi avec stupeur comment son enlèvement a été organisé et pourquoi elle.
Tout le roman est écrit d’une traite, sans chapitres, Gemma s’y adresse à Ty dans une très longue lettre. Gemma a 16 ans et on sent bien quand même que cette lettre est celle d’une adulte, ça fait un peu incohérent mais personnellement, je pense que le langage jeune m’aurait déplu donc j’aime autant comme ça. Avec le style choisi, j’ai eu un peu au début la frustration de ne pas savoir ce qui se passe dans la vie des parents de la jeune fille pour la retrouver, on ne sait rien de tout ça car Gemma n’y était pas donc elle ne le raconte pas.
Tout au long du roman, on traverse différents moments de la séquestration, ceux ou Ty fait découvrir l’environnement du désert à Gemma, ceux où celle-ci tente de s’échapper, ceux où l’on en apprend plus sur leur passé à chacun. J’y ai trouvé quelques longueurs parfois car la vie en huis clos, en plein désert est un peu ennuyeuse aussi. Et au fur et à mesure que j’avançais dans les pages, je me suis demandé quelle fin allait venir clore cette histoire. J’avais peur de lire la fin que je redoutais, celle où le syndrome de Stockholm aurait entrainé chez Gemma un attachement insensé à son ravisseur. Mais l’auteure m’a surpris, la fin est toute autre, c’est celle qu’on n’imaginera pas justement !
Ma notation :
J’ai aimé. Et je décerne une mention spéciale aux éditions Scripto pour ce magnifique livre, les écrits sur la couverture sont en relief tout comme le résumé au dos. Et une petite surprise se cache sur la première page, on ne peut la voir qu’en ayant le livre en mains et en le penchant un peu… Je ne manquerai pas d’aller découvrir en librairie d’autres romans de cet éditeur pour découvrir leur travail.
Vous avez également lu Lettre à mon ravisseur ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?
Publicités

Une réflexion sur “Lettre à mon ravisseur; Lucy Christopher

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s